Accueil - Tourisme - Monuments - L'église

l-eglise L’EGLISE


Le patron de la paroisse est Saint Amand, Evêque missionnaire, fondateur d’abbayes, apôtre de la Gaule-Belgique, né le 7 Mai 594 et mort le 6 Février 684.


On ne connaît pas la date exacte de la construction de l’église, mais selon ses caractéristiques architecturales (disposition du chœur et des collatéraux, forme ogivale des fenêtres) elle est très ancienne. Divers historiens s’accordent pour penser qu’elle a été érigée vers l’an 1600 sur l’emplacement d’une première église. Il est en effet vraisemblable qu’une église, rudimentaire certes, ait été bâtie lorsque les moines de l’Abbaye d’Hautmont se sont installés à Ferrière au cours du VIème siècle.

En 1848, il est envisagé d’agrandir le bâtiment existant. L’agrandissement est réalisé par la construction d’un chœur et d’une sacristie. Les deux chapelles latérales qui tombent en ruines sont rebâties en 1851.


En 1875, la commune prend en charge la réfection du clocher devenue urgente, mais l’année suivante, le 12 mars, un terrible ouragan cause des dégâts considérables au corps même de l’église et il faut restaurer la grande nef et reconstruire les deux nefs latérales en les élargissant.


Le 28 septembre 1902, a lieu l’inauguration des grandes orgues, fabriquées par la maison Anneesens d’Halluin (Nord). Elles se sont tues depuis une trentaine d’années en raison de travaux de réfection devenus indispensables et malgré un projet de restauration élaboré dans les années 1991/1992 qui n’a pas abouti à cause des exigences techniques imposées. Sous le ministère de l’abbé Minguez (1826-1842) l’église est dotée de deux cloches : la première, baptisée Carolyne-Ysabelle, en 1833, la seconde, Rosalie-Constance, en 1840. Ces deux cloches sont enlevées pour être fondues par les allemands en 1917. Elles sont remplacées par deux nouvelles cloches : Hélène-Elisa-Justine et Victorine-Joséphine-Amandine, baptisées le 16 juillet 1922. Une troisième cloche, Marie-Bernadette est installée en 1958, sous le ministère de l’abbé Fiévet.


Pendant longtemps, le cimetière de Ferrière se trouvait, comme un peu partout, autour de l’église, entouré d’un mur en pierre bleue. On accédait à l’église et au cimetière par un portail en fer forgé qui se trouve actuellement à l’entrée du nouveau cimetière de Ferrière.

Les chapelles de la Vierge et de Saint Amand possèdent des vitraux qui ne sont pas très anciens et n’ont pas une grande valeur artistique. L’église possède un joli chemin de croix dû à la générosité des paroissiens et de pieuses familles de Ferrière. Ces tableaux de peinture ont été brossés et ont été placés il y a environ vingt cinq ans. A l’origine, l’église était dotée d’une chaire en bois avec un seul escalier. En 1903, elle est remplacée par une magnifique chaire de chêne, de style gothique avec un double escalier, œuvre de Monsieur Camille Pionnier, ébéniste à Aulnoye. Elle est démontée en 1956 lors de la restauration de l’église.


En 1921, un monument aux morts est érigé à l’emplacement de l’ancien cimetière pour rendre hommage aux Ferrièrois morts pour la France au cours de la première guerre mondiale. Ce monument est inauguré le 22 Mai. Quelques années plus tard, le clocher est équipé d’horloges. Une sirène d’alerte incendie est installée sur le toit de l’église au-dessus de la nef en 1951.

Source : Mrs Henri Fontaine et Louis Lutaud